Votre panier est vide

M'inscrire à la Newsletter

Portail d'informations et de services pour les Chirurgiens-Dentistes

Comparez jusqu'à 4 produits

La phobie du dentiste peut avoir des origines génétiques

La phobie du dentiste concernerait 25% de la population. Et les conséquences pour les personnes touchées sont désastreuses. En évitant d’aller chez le dentiste pour se faire soigner, elles rencontrent de sérieux problèmes dentaires. Alors que de nombreuses études avaient démontré jusqu’alors que cette peur remontait à l’enfance, des nouveaux travaux des Universités de West Virginia et de Pittsburgh apportent un nouvel éclairage : la phobie du dentiste pourrait avoir des origines génétiques.

 

1 370 individus âgés de 11 à 74 ans ont été interrogés dans le cadre de cette étude pour mesurer leur phobie du dentiste et leur peur de la douleur. Selon les résultats, environ 30% des sondés ont effectivement hérité de ces peurs. Les chercheurs ont découvert l’existence d’une corrélation génétique importante entre la peur des soins dentaires et la peur de la douleur, ce qui laisse penser qu’elles sont génétiquement liées mais à partir de phénotypes distincts.

Cameron L. Randall, future doctorante du département de psychologie de l’Université de West Virginia ainsi que le centre de recherche pour la santé bucco-dentaire des Appalaches nous donnent leur avis suite à l’étude – Toward a Genetic Understanding of Dental Fear: Evidence of Heritability – publiée par la communauté de dentisterie et d’épidémiologie orale.

 

Q : D’une manière générale, pourquoi la peur est un obstacle aux traitements dentaires ?

 

R : Le plus souvent, la peur est un obstacle parce qu’elle entraîne l’évitement des soins dentaires. Cela peut aller de la simple remise d’un rendez-vous chez le dentiste à plus tard jusqu’à ne plus du tout se faire les dents pendants des années. Les conséquences sont bien entendu néfastes pour la santé bucco-dentaire.

Le fait de ne pas se soigner augmente la probabilité pour ces patients de vivre une expérience négative chez le dentiste. En effet, ces patients présentent des problèmes dentaires sur lesquels il faut le plus souvent intervenir en urgence car la douleur est présente. Et c’est cette expérience négative qui renforce leur peur et qui les entraînera à éviter tout traitement dentaire dans le futur.

Ce phénomène est connu sous le nom de « cercle vicieux de la phobie dentaire ». En plus de cela, la peur stresse le patient pendant les soins ce qui complique la tâche au chirurgien-dentiste.

 

Q : Quelle est la différence entre la phobie dentaire et la peur de la douleur ?

 

R : La peur de la douleur peut être décrite comme une appréhension générale à la douleur et aux stimuli de la douleur alors que la phobie dentaire est plus spécifique et circonscrite. Dans ce dernier cas, l’appréhension entraîne l’évitement des stimuli liés aux soins dentaires y compris la simple visite chez le dentiste.

Beaucoup de patients qui souffrent de phobie dentaire rapportent qu’ils éprouvent une peur des traitements dentaires associée à une peur de la douleur. Cependant, certains d’entre eux ont développé, à la place de la peur de la douleur, une peur liée à la claustrophobie, au sang, aux injections, au regard du praticien sur l’état de santé de leur bouche.

 

Q : La peur semble être subjective. Qu’est ce qui vous a conduit à pousser vos investigations sur les racines génétiques de la phobie dentaire?

 

R : En effet, l’expérience de la peur est subjective. Et ce qui peut déclencher de la peur chez un patient ne peut avoir aucun effet chez une autre personne. Pourtant, nous observons des conséquences très objectives suite à des expériences émotionnelles subjectives. Et dans le cas de la phobie dentaire, la conséquence la plus importante est l’observation d’un comportement d‘évitement.

Les chercheurs en psychologie mènent depuis longtemps des travaux pour comprendre les différences individuelles dans les expériences émotionnelles subjectives et l’étiologie des réponses émotionnelles mal adaptées (par exemple, des peurs qui sont si ancrées qu’elles entraînent un comportement d’évitement capable d’altérer la santé de la personne).

Durant la dernière décennie, le rôle de la génétique dans le développement et le maintien de la peur et de l’anxiété ont intéressé les psychiatres. Par exemple, comment les prédispositions génétiques rendent un individu plus ou moins susceptible de développer de l’anxiété ou des phobies et par quels mécanismes.

Les chercheurs travaillant sur la phobie dentaire rejoignent dans leur approche, d’autres recherches menées sur l’anxiété en essayant d’établir une conceptualisation plus globale et complète de la peur afin de pouvoir intervenir sur ces phobies de manière plus efficace.

Notre enquête sur les fondements génétiques de la phobie dentaire a été motivée par le besoin de mieux comprendre les causes de cette peur, en particulier parce que la biologie et son interaction n’avaient pas reçu tant que ça d’attention de la part des scientifiques qui s’étaient plutôt concentrés jusqu’à maintenant, sur les rôles importants de la cognition, de l’expérience et de l’environnement.

 

Q : Que sait-on du rôle de l’éducation dans la phobie dentaire ? Dans d’autres termes, si un parent exprime de la crainte ou de l’inconfort chez le dentiste, est-ce que l’enfant aura des chances de développer ces mêmes peurs ?

 

R : Les comportements liés à l’apprentissage ont un impact énorme sur la phobie dentaire. En réalité, l’apprentissage lié à des expériences antérieures (par exemple voir réagir un parent face à des soins dentaires) ou à l’environnement social a une influence considérable sur les peurs liées aux traitements dentaires.

Les psychiatres et autres scientifiques du comportement reconnaissent le rôle très important et profond que joue l’apprentissage dans la phobie dentaire. C’est la raison pour laquelle, les thérapies luttant contre l’anxiété intègrent généralement une forte composante éducative.

 

Q : Quel rôle joue la génétique dans la peur ? Est-elle liée à la réponse « peur ou combat » ?

 

R : Nous ne savons pas encore avec certitude quels sont les mécanismes par lesquels la variation de la génétique influence la phobie dentaire. Notre étude suggère que cette peur est héréditaire et elle est également prouvée par 3 études d’autres groupes de recherche qui ont démontré le rôle de la génétique dans le développement de la peur du dentiste. Cela nous incite, pour le futur, à poursuivre ces recherches pour déterminer avec précision les gènes qui influencent la phobie dentaire.

Il y a un certain nombre de mécanismes plausibles qui doivent être étudiés avant que des conclusions définitives puissent en être tirées.

Par exemple, il peut y avoir des différences génétiques déterminantes dans la sensibilité à la douleur et donc dans l’expérience négative que pourront rencontrer certains patients chez le dentiste. Dans le même esprit, on peut observer des différences génétiques dans la vitesse à laquelle un patient métabolise l’anesthésie locale. Certaines personnes ressentent un engourdissement moindre et auront un souvenir moins heureux de leur rendez-vous chez le dentiste et développeront peut-être de fait, une phobie dentaire.

 

On peut donc déterminer des différences génétiques dans la réponse « fuite ou combat » qui rendent certains patients plus susceptibles de développer de la peur ou une anxiété généralisée.

Bien entendu, d’autres mécanismes peuvent être responsables de l’influence génétique sur la phobie dentaire. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour répondre définitivement à cette question.

 

Q : Potentiellement, comment les dentistes peuvent utiliser cette compréhension du rôle de la génétique pour améliorer les conditions de soins de ces patients phobiques ?

 

R : A ce stade, il est trop tôt pour formuler des recommandations aux praticiens afin qu’ils puissent adapter leurs soins dentaires en fonction des résultats de notre étude. Cependant, cette enquête suggère tout de même que le rôle de la génétique dans la phobie dentaire devrait inciter les dentistes à considérer qu’il peut y avoir des différences biologiques entre les patients qui conduisent elles-mêmes à des différences de perception de la douleur et donc à l’éventualité de développer une phobie dentaire.

Approcher chaque patient de manière individuelle pour répondre à sa perception  personnelle de la peur est la meilleure façon de réduire cette phobie et d’améliorer le confort du patient pour remporter son adhésion au traitement recommandé et obtenir des résultats.

 

Réagissez à cette interview en nous laissant un commentaire.

 
 

Interview traduit du site Dentistry Today


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous !


Dernières revues produits

Contre-angle NiTi Endo
Contre-angle d'endodontie

"Contre-angle NiTi Endo"

BA International
Eclairage scialytique Eva
Eclairage scialytique

"Eclairage scialytique Eva"

Faro

Dernières revues produits

Contre-angle NiTi Endo
Contre-angle d'endodontie

"Contre-angle NiTi Endo"

BA International
Eclairage scialytique Eva
Eclairage scialytique

"Eclairage scialytique Eva"

Faro

Suivez-nous :

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Newsletter : Notre actualité tous les mardis matin dans votre boîte e-mail ! Par ici pour vous abonner, c'est gratuit. 👉 buff.ly/3fU4fvv #Dentaire #dentiste #dynamiquenews ... Voir plusVoir moins

22/01/22

Newsletter : Notre actualité tous les mardis matin dans votre boîte e-mail ! Par ici pour vous abonner, cest gratuit. 👉 https://buff.ly/3fU4fvv #dentaire #dentiste #dynamiquenews

Actualités #dentaires, #tendances, avis d’experts : ne les manquez plus et retrouvez-les sur Dynamique Dentaire en cliquant ici 👉 buff.ly/3d3KvnE #dentiste ... Voir plusVoir moins

22/01/22

Voir +
Soyez les premiers informés

Soyez les premiers informés de toute l’actualité du secteur dentaire. Pour cela, il suffit de saisir votre email ci-dessous : 

Soyez les premiers informés

Soyez les premiers informés de toute l’actualité du secteur dentaire. Pour cela, il suffit de saisir votre email ci-dessous :