Votre panier est vide

M'inscrire à la Newsletter

Portail d'informations et de services pour les Chirurgiens-Dentistes

Comparez jusqu'à 4 produits

Le dentiste emprisonné pour avoir injecté du sperme dans la bouche des ses patientes refait parler de lui

C’est une histoire sordide qui refait surface actuellement : celle du Dr John Hall condamné en 2005 pour avoir injecté son propre sperme dans la bouche de ses patientes. Le chirurgien-dentiste tenterait en effet d’ouvrir un nouveau cabinet dans les Caraïbes.

 

Le Dr John hall est un de ces dentistes qui pourrait inspirer des films d’horreur. Au moment des faits en 2004, il était alors connu pour expérimenter des traitements non conventionnels dans son cabinet.

Un jour, lors d’une visite de routine, il dit à une patiente « je vais vous mettre quelque chose dans la bouche qui va avoir un drôle de goût mais qui va arrêter le saignement ». Il a alors utilisé une seringue pour lui faire une injection et a demandé à la patiente d’avaler. En réalité, il venait de lui injecter du sperme.

Ce n’était pas la première fois que le Dr John Hall injectait son propre sperme dans la bouche de ses patientes. Deux de ses employés ont alors commencé à mettre de côté deux seringues suspectes, laissées par le praticien dans son bureau, après avoir entendu une patiente se plaindre que le liquide qu’il s’apprêtait à lui administrer sentait le sperme.

Finalement, le Dr John Hall a été conduit devant les tribunaux pour pratiques dentaires contraires au code de déontologie, comportement immoral et 7 chefs d’inculpation d’agressions sexuelles. Six anciennes patientes ont témoigné de la manière dont il leur avait injecté du sperme durant le protocole de soins. Et une dernière patiente a expliqué qu’il avait bondi sur elle lors d’une consultation alors qu’elle était installée sur le fauteuil.

La police a confisqué les seringues du Dr Hall et des analyses ont démontré que son ADN était présent dans le sperme contenu dans les seringues.

Après avoir plaidé coupable en 2005, le Dr Hall a purgé une peine de 4 mois dans la prison de Mecklenburg et s’est vu retirer son droit d’exercer à vie. Une sentence légère par rapport aux faits, qu’une des ses victimes n’a pas manqué de dénoncer : « Il n’y a pas de justice…Au moins, en prison, il est hors d’état de nuire. »

Mais début décembre 2015, sur l’île de San Pedro, au Bélize en plein coeur des Caraïbes, le Dr Hall a refait parlé de lui en tentant d’ouvrir une clinique dentaire avant que la police n’ait eu connaissance de son passé sordide.

Le 18 novembre 2015, John Hall passe une petite annonce dans un journal local pour recruter une assistante dentaire. Ce fut la première annonce d’une série de publicités, la dernière annonçant l’ouverture de sa clinique : The Oceanside Dental Clinic.

Même sans connaître cette histoire trouble, Tamara Sniffin, rédactrice en chef du journal Le San Pedro, trouve déjà ces petites annonces suspectes. Elle s’interroge sur la manière dont le Dr John Hall a obtenu l’autorisation d’exercer sur l’île alors même que c’est un processus long et fastidieux qui décourage la plupart des étrangers avant même d’avoir essayé.

En effet, les praticiens doivent déjà obtenir un permis de travail, puis fournir leur diplôme, leurs notes scolaires, des lettres de recommandation… Selon des blogs d’expatriés, le processus peut prendre plusieurs mois et le gouvernement a une attitude « protectionniste » en réservant les emplois les mieux rémunérés aux habitants de l’île. Alors quand Tamara Sniffin voit les annonces de ce dentiste américain, elle se met à douter.

Il se trouve que le Dr Hall a réellement obtenu l’autorisation d’exercer au Belize. En fait, il a reçu son permis de travail – sous son vrai nom – avant que l’affaire n’éclate en Caroline du Nord. Seulement, au moment de s’installer, son histoire était déjà facilement « googlelisable ».

En fait, le Dr Hall – John Robert Hall de son vrai nom – a préféré s’enregistrer comme praticien au Belize sous un pseudonyme astucieux – Robert Bob Hall. C’est pourquoi en quelques semaines, le Conseil de l’Ordre des dentistes du Belize l’a autorisé à exercer sur le territoire.

Comme le souligne Tamara Sniffin, l’histoire n’est pas très claire sur la manière dont c’est arrivé. C’est très inhabituel de voir des étrangers obtenir un  permis de travail en quelques semaines. De plus, l’autorisation d’exercer a été donnée sous un faux nom alors que le Dr Hall a présenté ses vrais papiers. Il faut dire que quelques années auparavant, des agents de l’immigration – incluant le ministre de l’immigration du pays – ont été découverts en train de vendre des passeports béliziens.

Alors que l’ouverture de la clinique du Dr Hall vient d’être annoncée, Tamara Sniffin commence à recevoir des emails de résidents proches contenant des liens vers des articles sur la condamnation du Dr Hall. La rédactrice en chef les transmet immédiatement au Ministère de la Santé qui les laisse sans réponse. C’est à ce moment là qu’elle décide de prendre les choses en main.

« Le matin du 7 décembre 2015, je me suis rendue à la police de San Pedro, munie d’un dossier complet avec des articles de presse et des informations sur le comportement déviant et dégoûtant du Dr Hall. Il n’y avait pas moyen que je laisse ce pervers toucher quelqu’un de cette île et je remercie ceux qui ont porté à notre attention cette affaire et qui ont travaillé avec nous à mettre hors d’état de nuire ce sale type ».

Après avoir entendu Tamara Sniffin, le commandant de police Henry Jemmott interpelle le Dr Hall pour fausse identité juste avant l’ouverture de sa clinique. « Les habitants de San Pedro sont en colère contre le Conseil de l’Ordre qui a fourni cette autorisation d’exercer » s’exprime Henry Jemmot « mais ils sont  aussi heureux que cette affaire ait pu être mise en lumière ».

John Hall a été libéré après avoir payé une caution et a écrit un manifeste de 1400 mots dans lequel il prêtent être venu au Belize pour aider les populations les plus démunies en leur prodiguant des soins dentaires gratuits et il clame toujours son innocence dans les faits de 2004 qui lui sont reprochés.

« Je n’aurai jamais pensé être ridiculisé de la sorte » indique le Dr Hall dans son manifeste « alors que les accusations contre moi sont basées sur des hypothèses et non sur des faits. Je n’ai pas fait ce qu’on m’accuse d’avoir fait! »

Actuellement, le Dr Hall est en attente de son procès à San Pedro. Il s’est vu confisqué son passeport par les autorités jusqu’à son audience qui a eu lieu le 12 février dernier.

Bizarrement, l’enseigne de « The Oceanside Dental Clinic » est toujours en place…

 

Source : Texte traduit de l’article de Vice

Mots-clés : /
Partager :

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous !

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous !


Dernières revues produits

Contre-angle NiTi Endo
Contre-angle d'endodontie

"Contre-angle NiTi Endo"

BA International
Eclairage scialytique Eva
Eclairage scialytique

"Eclairage scialytique Eva"

Faro

Dernières revues produits

Contre-angle NiTi Endo
Contre-angle d'endodontie

"Contre-angle NiTi Endo"

BA International
Eclairage scialytique Eva
Eclairage scialytique

"Eclairage scialytique Eva"

Faro

Suivez-nous :

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons
Voir +
Soyez les premiers informés

Soyez les premiers informés de toute l’actualité du secteur dentaire. Pour cela, il suffit de saisir votre email ci-dessous : 

Soyez les premiers informés

Soyez les premiers informés de toute l’actualité du secteur dentaire. Pour cela, il suffit de saisir votre email ci-dessous :